Loading...

« La lecture apporte à l’homme plénitude, le discours assurance et l’écriture exactitude. » affirmait Francis Bacon. J’ajouterai avec ma maigre expérience que lire c’est s’évader, tout en apprenant et se perfectionnant. La bonne lecture est une force profonde et saine qui fait de nous des intellectuels, faille encore dire que tout n’est pas bon à lire. Par ailleurs, lire pourrait être appréhendé, comme un moyen sûr pour fuir l’ennui et la paresse. De ce fait, ces moments de repos forcé et de travail adapté causés par la pandémie m’ont permis d’aborder certains livres sur lesquels je m’attarderai à l’exclusion de tout autre livre lu.

Ces différents livres s’organisent en deux groupes :

D’une part, des œuvres romanesques comme Les échelles du Levant d’Amin Maalouf. Dans Les échelles du Levant, Il s’agit de l’histoire d’un résistant. C’est avec des réminiscences claires et parfois taillées qu’Ossyane nous fait visiter son fervent passé, avant sa descente aux enfers. Issu d’une famille aisée, au passé glorieux, il quitte le Liban pour la France afin de continuer ses études en Médecine en 1940. Une fois dans les ruelles françaises, il s’engage dans la résistance pendant la deuxième guerre mondiale, et tombe amoureux. A l’issu de ladite guerre, il est considéré comme un héros. Loin de se considérer comme tel, il retourne dans son pays, où il connait des moments de ferveur, et se marie dans la foulée avec Clara, qu’il rencontra pendant la résistance. C’est l’amour, le vrai, jusqu’à ce que le conflit Israélo palestinien éclate en 1948.  Loin de sa femme juive de l’autre côté de la frontière avec leur fille, Il sombre dans une dépression profonde, et ressuscite grâce à l’amour de sa fille, qui lui rend une visite inattendue après plus de 20 années passé dans un asile. Un roman sur l’amour qui permettra de résoudre bien des conflits familiaux, culturels, ethniques et religieux. Je ne saurai que vous conseiller ce roman qui m’a profondément ému.

D’autre part, j’ai profité de cette période de quasi confinement pour lire des livres spirituels. J’ai notamment tiré un gain à terminer les pas sur la neige de Dennis M. Hemming, et commencer Sillon de Saint Josémaria. Les pas sur la neige, raconte la vie d’un Saint, Josémaria Escriva. Vous me permettrez de scotomiser certains aspects de cette mémorable vie de l’homme, étant d’une exemplarité remarquable. Né le 9 janvier 1902 à Barbastro en Espagne, d’une famille heureuse malgré quelques décès en son sein, les Escriva vivent leur foi sereinement. A l’âge de 16 ans, il décide de devenir prête. «Quelle fut l’origine de ma vocation ? Quelque chose d’apparemment futile : les traces sur la neige. » A l’issue du sacrifice de ce religieux par amour de Dieu, il commença à pressenti un appel qu’il ne pouvait ignorer jusqu’à ce qu’il crée l’Opus Dei le 2 octobre 1928. L’Opus Dei signifie Œuvre de Dieu, qui consiste à se sanctifier dans son travail et ses occupations quotidiennes. Après avoir surmonté plusieurs épines, dans l’accomplissement de l’œuvre, il rend l’âme le 26 Juin à Rome. Il fut canonisé par Jean Paul II le 6 Octobre 2002. Aujourd’hui, l’Opus Dei est implanté dans plus de 60 pays à travers le monde.

Pour ce qui est de Sillon de Saint Josémaria, c’est un livre de méditation et de recueillement, qu’il faille lire avec l’âme. Nombreux sont les thèmes abordés dans le livre qui inéluctablement sillonnent la vie humaine. Au nombre de ceux-ci la générosité, la joie, l’audace, la lutte et la souffrance etc. L’auteur nous présente comment appréhender aisément, et utilement lesdits thèmes sous un angle spirituel.

Au coucher de ma plume, toutes ces lectures me permettent de continuer sereinement mon bonhomme de chemin dans cette quête de formation intégrale, qui se veut d’autant plus opportune, dans un monde en quête de repères.

Michaël LOBOGNON, Etudiant Juriste Licence 2
Université Félix Houphouet Boigny

2020-08-11T12:41:38+02:00

2 Comments

  1. Olivier Adiamonon 11 August 2020 at 14 h 02 min - Reply

    Super merci Michaël pour ce partage.
    « La lecture apporte à l’homme plénitude, le discours assurance et l’écriture exactitude. » Francis Bacon

  2. Linda Kevine 16 August 2020 at 16 h 06 min - Reply

    Vraiment tu es une source d’inspiration
    Merci d’ Partager ton savoir
    Vraiment chapeau 😊

Leave A Comment