Dans l’optique de comprendre l’environnement dans lequel je vis avec les hommes, les femmes ainsi que les différentes tranches d’âges et leurs centres d’intérêts, il faut un préambule afin de se connaitre soit même.

Généralement entre hommes l’on se comprend mieux et le danger c’est oublier que la femme est différente de moi, homme, dans plusieurs aspects.

En effet, une femme n’est pas une sorte de garçon qui a une chevelure plus dense et un postérieur plus proéminent que celui d’un homme . C’est une erreur facile à faire qui crée beaucoup de désagréments, d’incompréhensions.

Ces différences entre homme et femme ne sont pas que morphologiques mais elles sont aussi biologiques. Notre époque voit cependant un courant de pensée qui met en cause les fondements posés par la biologie , c’est un terme qui est souvent revenu dans les articles publiés sur le site, vous l’aurez deviné c’est le « Gender ». Pour les adeptes de cette théorie, les différences entre homme et femme ne relèvent pas de la biologie, mais de la construction sociale, je suis donc ce que je pense et cela peu importe mon sexe dit biologique .

Morphologiquement, nous sommes bien évidemment différents et ces différences ont un impact sur notre manière de nous comporter. La différence est très profonde, non seulement elle n’est pas qu’extérieure, biologique mais aussi elle a une dimension psychologique.

La manière de penser quand on est de sexe masculin est différente de la manière de penser quand on est de sexe féminin. Scientifiquement, d’un point de vue anatomique la structure interne du cerveau est différente selon le sexe. L’homme possède des connections cérébrales fortes au sein d’un même hémisphère (le cerveau étant constitué de l’hémisphère gauche et droit). Ce point saillant entraîne une perception et un ressentiment différents d’un sexe à l’autre .Cela va au-delà de l’aspect culturel.

Ces différences, au lieu de marquer un écart voir un point de coupure entre homme et femme devraient être source de complémentarité entre eux, car dans une famille ce que l’homme apporte est différent de ce que la femme apporte.

Ainsi, avec ces différences l’on constate que les qualités de l’homme sont les défauts de la femme et vice-versa. Chacun doit apprendre à connaître l’autre pour tendre vers sa finalité qui se réalise en aimant .

Chez les garçons, l’on a une meilleure perception de l’espace. Une meilleure capacité de s’orienter. Les garçons sont également moins sensibles , moins affectifs . Les garçons sont plus rationnels, plus simples et plus linéaires dans leurs raisonnements . Les émotions qu’ils ressentent, ont moins d’impact sur les décisions qu’ils prennent en général. La conséquence directe de cette objectivité excessive est un très grand manque de flexibilité.

Dans la psychologie masculine le résultat occupe une très grande place. Il ne faut pas oublier que se donner de la valeur par rapport aux résultats palpables est un piège. L’imagination, la mémoire, la perception de l’homme sont plus guidées par la raison. C’est pourquoi il a besoin de comprendre, avoir des explications, des solutions et cette manière d’être est une grande source d’incompréhension avec les filles, dans la mesure où elles réagissent très souvent avec leurs émotions. Quand une fille explique un problème à un garçon, celui-ci pense en termes de solutions. Alors qu’en face on est train de partager une émotion et on attend en retour une réciprocité.

Pour conclure , ce n’est pas parce que l’intelligence comprend que la sensibilité peut supporter.

À très bientôt pour les prochains cours de théologie sur « Dieu, love et vélo »

« Les garçons : mode d’emploi »

Ivan KAKOU (Etudiant en Droit)