Les confinés du fleuve (5): Au gratuit à Katiola

Crise sanitaire causée par un virus communément appelé coronavirus responsable de plusieurs morts dans de nombreux pays parmi lesquels la Côte d’Ivoire. Pour stopper la chaîne de contamination plusieurs décisions ont été prises par le gouvernement ivoirien dont le confinement progressif (protégeons nous et protégeons les autres). En vérité je vous le dit grâce à la crise j’ai connu un nouveau mot, ajouté à mon vocabulaire : « confinement » (mdr). Découvrons maintenant comment se passe mon confinement. D’abord avant l’annonce du gouvernement, perso quand je n’ai rien à faire, tout au long d’une journée moi je reste enfermé dans la maison jusqu’au soir, commençant par la prière du matin ensuite la télé ou la lecture de mes cours. Bizarrement, je peux rester enfermé toute une semaine dans la maison sauf si j’ai un piano à ma disposition ; eh oui, j’adore le piano même si je suis qu’un débutant ; donc je ne trouve pas que rester à la maison soit aussi difficile. Après deux semaines de confinement à Cocody, j’ai décidé de rentrer en famille à KATIOLA chez mon père, là il y a de nombreux travaux… A mon arrivée j’ai fait un emploi du temps en vue de mieux vivre mon confinement. [...]

UN SAMEDI SUPERBEMENT BOUSCULE SANS NOUS

Samedi 4 avril 2020. Il est 13h45, on les entend sortir de la salle à manger bruyamment. Certains parlent tous à la fois. Rires aux éclats, silence sur certains visages. Un tient en main le plateau de tasses de café, un autre, le thermos. Ils se dirigent vers la salle de séjour en hâte. C'est tout en hâte qu'ils ressortent. Subitement le silence rompt le bruit. Ils sont tous à l'oratoire. On entend au début: Notre Père qui es au cieux... et à la fin "Sainte Marie Notre Espérance siège de la sagesse"... Il n'y a curieusement aucun étudiant à la salle de séjour, ni à la salle d'études du haut, ni celle du bas, encore moins à la salle Saxum ou tout simplement à la salle informatique que l'un des résidents aurait pu inviter à participer à la visite au Saint sacrement puis à la réunion. La réunion débute. Le café est servi. Assis en demi-cercle, les résidents, quoique confinés, racontent leur journée. Hermann les abreuvent de sa connaissance sur la Cour de cassation et le Conseil d'État pendant 15 minutes. Ils n’oublient pas que le lendemain, est l'anniversaire d’Isidore. La parole lui est donc donnée afin qu'il [...]

CED: 25 ANS Q’UON S’AIDE !

19 décembre 1994, 19 décembre 2019. 25 ans que se mêlent et s’entremêlent, se croisent et s’entrecroisent des étudiants venus de plusieurs universités : Université des Lagunes, Université Felix Houphouët Boigny de Cocody, Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest, l’Institut Universitaire d’Abidjan, Université Charles Louis de Montesquieu (pour ne citer que celles-là) mais également des professionnels, du magistrat à l’avocat, du notaire à l’huissier, du consultant juridique au juriste d’entreprise sans oublier bien sur nos éminents professeurs de droit. Le 21 décembre dernier le CED, ses ancêtres, ses patriarches, ses grands pères, ses pères, ceux qui lui servent de repères, ses enfants et ses petits enfants se sont donné rendez-vous au Centre Culturel Comoé pour marquer solennellement la cérémonie de célébration des noces d’argent de ce club. Sainte Messe, allocution du Directeur du Centre Culturel Comoé, historique et motivation de la création du CED, témoignages (d’un ancien du CED et d’un actuel membre du CED), déroulement du programme des 25 ans, mot de fin, coupure du gâteau des 25 ans et cocktail furent les grandes articulations de cette journée. Après la messe, direction à la salle d’études aménagée spécialement pour la circonstance. Le directeur du Centre Culturel Comoé, (celui [...]

DES PERES NOËL HORS PAIR

« Des jeunes qui fréquentent Comoé font de l’appui scolaire pendant l’année à des enfants des quartiers précaires, fêtent Noël avec eux » Chaque année, des étudiants fréquentant le Centre Culturel Comoé de Cocody (Abidjan) offrent gratuitement un appui scolaire aux écoliers vivants dans les quartiers défavorisés de la commune de Cocody. Et cette activité est rendue possible grâce à l’Association pour le Développement social et Culturel (ADESC), qui prône l’égalité et qui œuvre pour le développement social en faveur de toutes les entités de la population. Dans cette même veine, les moniteurs se sont transformés en Pères Noël en vue de mettre la joie au cœur des enfants qu’ils encadrent et de leur permettre de fêter la Noël au même titre que les enfants issus de familles aisées. Ainsi, le dimanche 22 décembre 2019, une dizaine de jeunes se rendirent vers 10h 30 au quartier Danga Bas-fond, dans les environs du Lycée Technique de Cocody, pour y rencontrer des enfants à l’occasion d’un arbre de noël surprise organisé en leur honneur. Ce fut une très belle ambiance de fête où régnait la gaieté et la convivialité. Tous les enfants reçurent des cadeaux grâce à la forte mobilisation [...]

Une visite au pauvre de la vierge

Chaque année, les étudiants fréquentant le Centre Culturel Comoé réalisent des dizaines de visites à des malades dans des hôpitaux. Un étudiant en master 2 de droit à l’Université des Lagunes nous raconte sa première expérience Dans le langage ordinaire, la charité est une vertu qui porte à désirer et à faire le bien d'autrui. Elle rend donc service aux gens. C'est donc un acte inspiré par l'amour du prochain. Dans le langage des théologiens, elle désigne à la fois l'amour de Dieu pour lui-même et du prochain comme créature de Dieu. La « visite aux pauvres de la Vierge » s’inscrit dans le contexte des actes de charité. Elle a été instituée par le fondateur de l’Opus Dei, saint Josémaria, et consiste à rendre des visites aux malades, aux personnes seules et se présente comme une manière de rendre un hommage à la Vierge Marie en rendant service à ces personnes. C’est une coutume dans les centres de l’Opus Dei et plus particulièrement dans les centres de jeunes ; ceux-ci sont invités à procéder chaque samedi, jour consacré à la Vierge Marie à une collecte afin d’obtenir les fonds nécessaires pour poser cet acte fort. En mai dernier, Romaric et [...]